mercredi 11 février 2009

La revolte oups non petite greve







Nous sommes le 11 février 2009 est en Martinique tout ne va pas pour le mieux

Voici un article arrivé par mail un parmi tant d'autres, je reçois toutes les semaines des nouvelles de MADININ'ART j'ai fais un copier coller tout simple de celle d'aujourd'hui car je me demande souvent si les Français crois vraiment ce que dises les infos.......Ne seraient elles pas embellies? Peut etre


160 ans après l’abolition de l’esclavage, comment accepter que se perpétue ce passé colonial ?
par Jean-Marcel Bouguereau

L’ineffable Frédéric Lefebvre aurait mieux fait se taire hier lorsqu’il a déclaré qu'"il ne peut pas y avoir deux lois de la République, en métropole et Outre-mer". N’y avait-il pas eu deux lois lors de l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy jeudi dernier, le Président n’a pas eu un mot pour le conflit social qui se poursuivait depuis des semaines en Guadeloupe ? N’aurait-il pas évoqué un conflit de cette ampleur si la Lorraine ou la Bretagne en en avaient été le théâtre ? Si bien sûr. Déjà, ce silence avait blessé les Îliens, mais voilà que sur ce corps social déjà très sensible, le secrétaire d’état chargé de l’Outremer , qui avait proposé de se dé localiser sur place, décide de but en blanc de rejoindre la métropole sans prévenir les participants à la séance de négociations prévue dimanche après-midi où il assurait une fonction de médiateur. Le départ surprise d’Yves Jégo, un signe de « mépris »Ces conditions de départ, contraires aux usages de bienséance créole, ont été unanimement interprétées comme un signe de "mépris", provoquant un appel tous les élus à une « journée île morte » hier, alors qu’en Martinique le mouvement entamé jeudi menaçait de s’amplifier. Avant son départ le secrétaire d’état avait trouvé un pré accord entre le patronat et le collectif LKP sur une hausse des bas salaires. Aux termes du pré accord, "les 80.000 salariés du privé devraient avoir une amélioration salariale" : 200 euros pour les salariés percevant jusqu'à 1,6 fois le Smic, 3%, à négocier entreprise par entreprise ou dans les branches, pour les mieux rémunérés. Des raisons structurelles qu’aucune augmentation salariale ne suffira à étancher Mais si la situation est devenue explosive, c’est pour des raisons structurelles qu’aucune augmentation salariale ne suffira à étancher. 160 ans après l’abolition de l’esclavage, comment peut-on accepter que se perpétuent une situation où la trace du passé colonial reste scandaleuse ? Les descendants des colons, les « békés », possèdent 90 % des richesses de la Guadeloupe, alors qu’ils ne représentent que 1 % de la population ? Ce sont eux, les blancs, qui tiennent tous les leviers de l’activité économique ? Sans compter les profits scandaleux que se font sur le dos des îliens les compagnies pétrolières, à tel point qu’après une mission d’inspection, Yves Jégo évoquait dimanche "un questionnement sur un enrichissement sans cause des compagnies pétrolières" qui pourrait se terminer "par une action judiciaire de l’État" contre celles-ci. Les ‘békés’ ont d’abord eu la canne, puis la grande distribution et le pétrole Les colons ont d’abord eu la canne, puis la grande distribution et le pétrole. Or, les rois du pétrole cristallisent les frustrations contre la vie chère, plus de 40 % de plus qu’en métropole. La liste des revendications de LKP a des allures de cahier de doléances pré révolutionnaires. "Contre l’exploitation outrancière" est le nom du collectif qui en Guadeloupe réclame notamment la baisse des prix de tous les produits de première nécessité. Regroupant une cinquantaine de syndicats, de partis et d’associations culturelles et de consommateurs, sa plate forme comporte 120 points de revendications qui concernent tous les secteurs d'activité: l’enseignement, la santé, les administrations, les transports...et en font une véritable plate forme politique. La réunion de ministres convoquée aujourd’hui aura intérêt à sérieusement lester les bagages de retour d’Yves Jégo, sinon tous ceux qui, jusqu’ici, ont joué la carte d’un mouvement pacifique pourraient se voir débordés



http://jeanmarcelbouguereau.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/02/09/160-ans-apres-l-abolition-de-l-esclavage-comment-accepter-qu.html

Juste au dessus :Voici l'adresse du blog de son auteur


Extrait de la déclaration de M. ELIE DOMOTA du LKPLa société guadeloupéenne s’est construite sur des rapports de race et de classe depuis 400 ans Rappel du contexte : Le mercredi 28 janvier 2008, lors des négociations entre le collectif Lyannaj Kont Pwofitasyon, les élus , les représentants des sociaux professionnels et l’encadrement de l’État, le préfet quitte les négociations. L’ambiance est lourde. Monsieur Wiki ANGELE, président du MEDEF Guadeloupe affirme qu’il est prêt à travailler sur un projet de territoire s’il le faut, il exprime, à travers son expérience de Mai 1967, son aversion pour les débordements violents et ne veut pas voir son pays se déchirer comme le firent les Tut sis et les Hutus. Je tiens à réagir au propos concernant les hutus et tutsis. Je salue Monsieur ARCONTE, directeur du Travail qui est resté dans cette réunion, je ne sais pas s’il est Hutu ou Tutsi. Tout simplement pour affirmer monsieur ANGELE (patron du MEDEF Guadeloupe), que nous ne pouvons nier que vous, madame KOURY (présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Pointe A Pitre) M. PAYEN (membre du Comité Économique et Social) soyez des guadeloupéens, ce n’est pas notre propos. Ce que nous affirmons est que la société guadeloupéenne s’est construite sur des rapports de race et de classe depuis 400 ans. Aujourd’hui dans la pyramide, le pouvoir correspond à une couleur, on vient de le constater (les représentants de l’État ont quitté les négociations). En Guadeloupe actuellement, au sommet de la pyramide, on retrouve les blancs et les européens, au bas de l’échelle se situent les nègres et les indiens, c’est un constat. On nous parle de paix sociale ! La paix sociale ne peut exister dans un pays quand la majorité de ses enfants est exclue du travail, est exclue du savoir, est exclue des responsabilités (… Aujourd’hui, en analysant les 50 plus grandes entreprises en Guadeloupe, leurs cadres ne sont pas des guadeloupéens d’origine africaine ou indienne, c’est la vérité ! En observant les administrations, les services de l’État, les chefs de services et les cadres ne sont pas majoritairement des guadeloupéens d’origine africaine ou indienne ! Dire le contraire, c’est mentir, c’est la vérité ! Quels sont les services que les guadeloupéens d’origine africaine et indienne gèrent en Guadeloupe ? Ce sont les services qui relèvent de la gestion de la misère ! Lire la suite
La Guadeloupe en mouvement par Julien Mérion, politologue La Guadeloupe est secouée depuis le 20 janvier par un mouvement social et populaire dont l’ampleur aura surpris plus d’un.Ce mouvement trouve son origine première dans les dysfonctionnements d’une société qui reste prisonnière, en dépit de la modernité apparente, de mécanismes sociaux hérités de l’habitation. Les frustrations d’hier, les blocages d’aujourd’hui taraudent les esprits et se réveillent périodiquement dans des bouffées qui ne trouvent explication dans aucun des cadres analytiques classiques. La société guadeloupéenne est éruptive dans ses manifestations.Ce mouvement prolonge les conflits sociaux et une tradition syndicale bien locale héritée de Légitimus. Mis surtout, le mouvement syndical a réussi une mutation extraordinaire qui lui a permis de conserver le patrimoine patriotique des années 70 – 80 tout en modernisant son discours et ses pratiques. Ce mouvement syndical apparaît pour beaucoup comme le dernier rempart dans un pays où les rapports sociaux n‘ont pas été capable d’évoluer avec l’élévation du niveau culturel général et où les politiques ont du mal à se hisser à la hauteur d’une grande ambition.Ce mouvement s’inscrit aussi dans la riposte des peuples face aux effets de la crise du capitalisme sans pitié qui ravage sur son passage les classes laborieuses et les populations des pays du Sud. Il sera très certainement suivi tout au long de cette année d’actions de protestation dans de nombreux pays.....


Un dernier petit article de madinin'art



À quand les tests ADN pour remettre au fait du jour que les bekés(antillais blancs,tresanciennes familles installés sur l'ile est jamais partis) sont à l'origine de ce métissage? Nous sommes pour l'heure un petit groupe de Martiniquais choqués (déjà + de 10) à avoir déposé une plainte chez maître Germany contre Mr Despointe pour ses propos qui au sens du droit constituent une Apologie de crime contre l'humanité (voir le document). D'autre part ses mots et accents stigmatisant les races constituent une incitation à la haine raciale en ce sens que dans notre contexte historique, le principe de race pure dont il fait l'éloge choque particulièrement nos enfants qui se trouvent donc de par leurs différentes peaux allant du café au lait au noir, désignés comme des non personnes impures. Si nous observons en outre qu'à n'importe quel moment, ces blessures volontairement faites par le discoureur risquent de pousser la population martiniquaise issue du crime, à réagir par la violence, nous ne pouvons continuer à nous plaindre en commentaires aussi avisés qu'ils soient. Il y a une délinquance légalement répréhensible.C'est cela que nous demandons aux juges de trancher.Et par là même nous souhaitons faire taire tous les nombreux accents racistes qui fleurissent dans notre société, visent-ils les blancs, les noirs ou les rouges...Je vous transmet la copie de la plainte déposée samedi par une dizaine de personnes. Il ne s'agit pas d'une affaire raciale. Nous ne voulons parler que de droit. Ce canal légal fait de nous des êtres natures, hors toute émotions et gesticulations légitimes, que nous soyons békés ou sang mêlé.La démarche ne coûte pas un sou. La saisine est réglée pour l'heure par maître Germany. Dans quelques jours et selon le volume des plaintes, un collectif d'Avocats sera constitué.La procédure est simple.1. Remplir l'entête du document joint. Nom, prenom, date de naissance, adresse.2. Signer et joindre une photocopie pièce d'identité).3. Déposer au cabinet de Maître Germany (boite au lettres si vous voulez) - Face à l'ex cinéma Pax angle rue l'abbé cornu et Victor Sévère.Si par Poste, voir l'adresse exacte sur vos bottins habituels.Alexandre Cadet-PetitModèle de lettre



La vie en Martinique fait un peu reflechir, lorsque le suis arrivée sur cette jolie ile

J'ai entendu un fils dire a son pere ( ils etaient tous les deux en vacances) dit papa apres avoir toutes ces jolies choses .....on revera a quoi et ils se sont tout deux mis a rare tellement la Martinique est belle


Je penses qu'a mon retour je penserais juste a essayer de vivre en paix et a aimé mon prochain comme ma culture et mon education me l'ont appris


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire